La fameuse exposition Toutankhamon

Avoir des places pour la dernière exposition en l’honneur du pharaon Toutankhamon n’aura pas été une tâche aisée. Face aux nombreuses sollicitations, difficile de trouver une entrée au jour et plage horaire où je serai de passage à Paris. Surtout que les deux premiers mois affichaient complet de chez complet. Toutefois, à force d’insistance et surtout en étant très prévoyant, j’ai pu caler mes congés, la venue de mon filleul et l’exposition, tout en un ! Mieux qu’une dosette d’Ariel.

Bien sûr, comme une journée commence toujours de bon pied à mes cotés et après avoir passé une courte nuit dans un appartement sur la butte de Montmartre. Ah bah oui, j’ai fini par prendre la décision de squatter le fauteuil devant la TV, les pieds sur la table basse, car mon filleul gesticulait tel une sorcière sur un bûcher ! Le matin, j’ai eu le bonheur de découvrir lors de notre départ tardif qu’une des roues de mon vélo était crevée. Impossible dans cette situation de le grimper à deux. Cela m’arrive toujours dans des moments cruciaux.

Gros obstacle de se rendre dans les temps (séance de 9h30) en se déplaçant sur nos deux jambes pour l’exposition ayant lieu à La Villette, groso modo Montmatre-La Vilette prend 45 min à pieds, alors application de la mesure d’urgence et recours à la trop géniale location de trottinette électrique dans la précipitation pour une arrivée splendide, pile à l’heure.

D’emblée à l’entrée de l’expo, on vous emmerde pour prendre une photo sur un fond vert afin évidemment de vous la vendre à 15 euros à la sortie. J’adore les photos alors c’était un refus catégorique de ma part.

Cette exposition réunit plus de 150 objets ayant figuré dans le tombeau du pharaon Toutankhamon, découvert dans la vallée des rois en 1922 par le célèbre archéologue Sir Howard Carter après des années de recherche. Le fait intéressant historiquement est que ce pharaon avait été volontairement effacé de l’histoire égyptienne, donnant suite à pas mal d’intrigues autour de sa mort à 19 ans mais aussi que sa sépulture pharaonique est l’une des seules à avoir été découverte intacte, même pas un pillage. Imagine l’ambiance de plonger ses yeux dans ces trésors préservé de la lumière et surtout des pilleurs pendant plus de 3000 ans. J’en ai les poils de barbe qui frémissent.

J’ai notamment apprécié le fait qu’une partie historique ait été mise en place afin d’expliquer la découverte, c’est très éducatif.

Une exposition se clôture toujours par un petit coin boutique, rien de fabuleux, juste un petit coin honorable afin de prolonger la magie, sauf que là, on fait face au grand Toutankhamon et tout son business lucratif ! C’était pire qu’une galerie marchande hors de prix mais tout de même avec la mention « made in Egypt » pour donner bonne foi à ce Disneyland des expos !

Aimants, tasses, déguisement voir même écouteurs (qui n’ont pourtant rien des couleurs du jeune pharaon) hors de prix étaient ainsi à disposition, malgré cela je suis reparti les mains vides, même pas un tout petit souvenir de mon passage. Sérieusement même un vulgaire aimant était au tarif de 9 euros, faut pas abuser tout de même ! Je retiens surtout le superbe livre dédié aux objets de l’expo, banalement au prix de 20-30 euros qui était affiché un prix pharaonique de 60 euros ! (tu as compris le jeu de mot ?)

Toutefois, il faut reconnaître que malgré toutes les critiques négatives de la part des visiteurs, j’ai trouvé l’exposition très sympathique et surtout de grande qualité malgré l’absence de la momie, surtout que je flippais à la vue des critiques du web. Alors oui, il y a foule, mais en vérité ce n’est pas la masse de gens le problème, c’est la mode du « selfie » tout simplement ! C’est à dire celle de faire de pousser les gens afin de s’installer au plus près des vitrines regroupant les objets antiques, non pas pour les regarder, mais pour se faire photographier… Il faut bien paraître cool et cultiver sur Instagram, Twitter, Facebook et consoeurs. J’en profite pour bénir le zoom de mon super appareil photo permettant de shooter à distance.

Qui sait, c’est peut-être l’unique fois que je verrais les objets ayant accompagné le pharaon Toutankhamon dans l’outre-monde en attendant que tu me paie un séjour en Égypte. La dernière fois que ces trésors avaient foulé la France date de l’année 1965 en compagnie même de la dépouille de Toutankhamon, année charnière permettant aux scientifiques français de restaurer la momie…. Il faut comprendre qu’au Musée du Caire en Égypte, lieu où tous les trésors égyptiens figurent, accompagné évidemment de toutes les momies possibles, aucun protocole de protection n’avait été mis en place pour les préserver, donc forcément au sein de vitrines, les momies avaient un peu moisie… Et en 2019, c’est encore pour restaurer le musée du Caire, que Toutankhamon fait une ultime tournée dans le monde. Pire que les Rollings Stones, il se tape une tournée tous les 50 ans !

En tout cas, cette majestueuse exposition m’a redonnée envie de me replonger dans l’histoire de l’Egypte des Pharaons avec passion.

← Previous post

Next post →

2 Comments

  1. Bien sympathique visite à travers ton regard, avec ces notes d’humour, merci pour ce partage agréable 😊

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *